Mon cycle et ma monitrice

Mon cycle et ma monitrice

Monitrice, conseillère, éducatrice... Il y a pas mal de monde pour nous aider à y voir plus clair ! Sans compter les livres, les comptes Instagram et les sommets dédiés au cycle menstruel. Ya pas à dire, on est plutôt bien entourées !

Alors qu'est-ce qui m'a poussé à prendre une monitrice plutôt que de me lancer en autodidacte ? Et comment est-ce que j'ai trouvé la bonne conseillère ? Et j'ai payé combien ? Les réponses ci-dessous !

Pourquoi pas toute seule ?

La question à mille points ! C'est moi et mon corps, alors pourquoi demander de l'aide extérieure ?

Pour la même raison que je n'ai pas appris à conduire toute seule. Certes, c'est possible, mais je voulais un vrai enseignement, qui allait me donner la confiance et les connaissances nécessaires pour bien appliquer la méthode. Si j'avais appris toute seule, je me serais perdue dans tous les livres, je n'aurais pas su à qui poser mes questions, et je n'aurais pas eu l'encouragement extérieur qui est, pour moi, vital.

À force d'entendre ma monitrice me dire "oui, c'est bien ça !" j'ai pu gagner en confiance. Savoir que quelqu'un avait les réponses à mes questions m'a apporté un soutien sans prix. Et recevoir la douceur et la patience de ma monitrice m'a apporté du calme et de la bienveillance, surtout lorsque mes cycles semblaient complètement fous !

Comment trouver et qui choisir ?

J'ai trouvé quelques monitrices via les réseaux sociaux (notamment Instagram, avec le #contraceptionnaturelle) et une amie (Julie) m'avait recommandé sa propre monitrice, qu'elle voyait encore.

Le bouche à oreille: meilleure façon de commencer en confiance !

J'ai contacté la monitrice de Julie pour lui demander si elle prenait des nouvelles consultantes. Pas de bol, elle voyait déjà beaucoup de couples et n'avait pas de temps à m'accorder. Elle m'a cependant encouragé à la rappeler le mois prochain, si jamais je n'avais pas trouvé chaussure à mon pied.

Les réseaux: une banque d'informations !

Toutes les monitrices étaient pleines de bienveillance, partageaient des informations gratuitement, offraient un appel pour faire connaissance... C'était magique (et un peu intimidant) ! La plupart avaient des sites pour se présenter.

J'ai fait le tri entre celles qui annonçaient leur formation et celles qui semblaient ne pas en avoir. J'ai lu leur parcours pour voir si on serait un bon match. Au final j'en ai contacté deux. L'une n'avait plus de places, l'autre ne m'a jamais répondu.

Après une semaine, une monitrice m'a contacté directement. J'ai trouvé cela étrange et trop "business." En regardant son site, j'étais choquée du prix de sa formation. Honnêtement, ça m'a donné envie de tout arrêter.

Et si on en parlait, du prix ?

Les livres, c'est simple : t'achètes une fois et c'est bon ! Sauf que j'avais déjà lu deux livres sur le sujet et n'en étais pas moins perdue. Je voulais donc investir dans une formation.

Je me répète, mais c'est comme apprendre à conduire : t'as l'impression de payer une fortune pour la formation, mais une fois acquise, tu peux conduire à vie ! (Bon, oui, j'avoue que ce n'est pas qu'une impression, c'est vraiment cher, l'auto-école, surtout en région parisienne.) En symptothermie, c'est pareil : un investissement à chaque session, et après un an (plus ou moins), te voilà autonome !

Mais bon, en attendant, le prix est bien affiché. Voilà ce que j'avais comme choix:

  • Une session par cycle à 30€ la session (1 fois par mois environ)
  • Une session, n'importe quand, à 70€ la session (donc 1 fois par mois, ou 1 fois tous les deux mois, ou 2 fois par mois, etc)
  • Une session régulière à 90€ la session (donc 1 fois tous les deux ou trois mois)

Je suis partie sur le 30€ la séance. Pas cher et un suivi assidu, c'était parfait ! ... Jusqu'à ce que je réalise que, sur trois mois, j'avais déjà dépensé autant que pour l'option la plus chère ALORS QUE je ne me sentais pas forcément plus confiante.

Certes, j'étais accompagnée très correctement. Mais je ne me sentais pas autonome. Il m'a fallu encore cinq mois de plus pour cela. Et la formation n'était pas terminée ! Tout ça pour dire que si le prix indiqué semble élevé, il faut se rappeler que les prix plus bas cachent souvent autre chose. Dans ce cas, c'était un suivi trop infantilisant, et en plus c'était compliqué de trouver un moment pour faire le rendez-vous tous les mois.

La bonne nouvelle ? Si vous faîtes une formation en tant que couple, vous pouvez partager le tarif ! Eh oui, même si on parle de la fertilité de la femme, c'est bien un sujet de couple ! L'homme peut (et devrait) lui aussi s'investir dans cette formation.

Bref, grâce à mes expériences et à mon choix de formation pour devenir moi-même conseillère en symptothermie, j'ai décidé que j'allais partir sur une session tous les trois cycles, sur une durée d'un an. Oui, un an ça paraît long, mais croyez vos conseillères quand on vous dit que c'est nécessaire !


D'autres articles

Mes débuts, en histoire...

Pourquoi j'ai arrêté la pilule

Quelle est la contraception la plus naturelle ?

Mon cycle et mon diaphragme

Comment ça marche ?

Comment pratiquer la symptothermie ?

Quand commencer la symptothermie ?