La base pour l'équilibre hormonal

La base pour l'équilibre hormonal

Les humains sont des êtres fragiles, faut se méfier.

On peut faire tout plein de choses. On peut se pousser à en faire encore plus. On peut supporter des horreurs petites et grandes, courtes et longues, personnelles et professionnelles.

Je ne suis pas médecin, mais je pense que le corps et le mental ne pourront jamais être poussés à l'infini : si ce n'est pas moi qui vais consciemment dire "stop, je prends soin de moi," alors c'est mon corps et/ou mon inconscient qui le feront pour moi. Et ça ne se traduira pas forcément par un burn out.

Un des avantages de ne plus être sous pilule est que mon corps n'est plus drogué. Je ne le voyais pas comme ça avant, pourtant c'est ce que je lui faisais. Petit à petit, mon corps se réveille et vérifie la tuyauterie. Bon, au début c'est chaud, il a besoin de se remettre du temps passé neutralisé par la contraception hormonale ! Il ne se souvient pas forcément de ce qu'il est censé faire avec mes hormones. "C'est quoi déjà, la progestérone ?" Il vérifie son manuel des cycles, se gratte le menton et se demande si finalement la p'tite femme n'aurait pas mieux fait de continuer la pilule et de le laisser tranquil.

Je le comprends. Moi aussi j'ai le sentiment que la vie était plus simple sous pilule. Mais à quel prix ? Aller, on va travailler ensemble, petit corps. Je plonge dans la lecture en mode "recherche équilibre hormonal" !

Je ne suis pas médecin, mais ci-dessous se trouve le récapitulatif de ce que j'ai trouvé et que j'ai mis en place pour moi.


Première chose: le REPOS. Le vrai, le beau, le réparateur.

Eh oui, le conseil numéro un est un truc aussi bidon que de bien dormir. Nan mais je rêve, on est revenu en maternelle ou quoi ?

Et pourtant, c'est LE truc qui change la vie. Que ce soit pour le sport, l'académie, la régularisation du poids ou pour la beauté, dormir est LE point de départ. Pas étonnant que ça revienne lorsque nous parlons des hormones, donc. Pas de jaloux, tout soucis commence à se régler en soignant son sommeil! Faut donner à mon corps toutes les forces nécessaires.

Alors dormir, oui, mais comment ? De la façon qui permettra un sommeil le plus réparateur possible. Ah, merci, ça ne m'aide pas du tout. Bon, qu'est-ce que ça veut dire ? Sans doute que ça vaut peut-être la peine d'acheter un bon matelas. Et avoir un bon rythme de sommeil, me coucher à la même heure tous les soirs et me réveiller à la même heure chaque matin (grosso-modo, hein). Ne pas avoir son téléphone près de son lit. Être dans le noir complet (oui, je vais me cogner pour aller faire pipi à 5h du mat'). Me laisser me détendre et accueillir le sommeil sans me dire "ah mais demain j'ai ça... oh et puis zut j'ai oublié de faire ça plus tôt..." On s'en fou, on arrête les pensées et on ferme les yeux. L'heure de dormir c'est l'heure de dormir ! Ya pas à dire, je suis vraiment revenue en maternelle.


BIEN MANGER

Ah, celui que je ne voulais pas lire ! Eh bah trop tard, maintenant je sais et je ne vais pas ignorer le fait que ce que je mange m'affecte.

Je me dis que mon corps, lui, il est content ! Il va être tellement heureux de voir que je prends ma santé sérieusement ! Si, si, il va m'adorer, c'est sûr.

Commençons par le gros intestin (ou côlon). On a besoin qu'il fonctionne correctement. Les hormones sont métabolisées à travers le système digestif et les organes de détoxication (le foie et les reins). Si la digestion n'est pas bien faite, les vitamines et minéraux de la nourriture seront expulsés alors que mes hormones en ont besoin ! Malheur. Mais la mauvaise nouvelle ne s'arrête pas là ! Apparemment, si les excréments ne sont pas évacués dans de bons délais, ce sont le foie et les reins qui commencent à être surchargés de boulot et, par conséquent, le font mal (je peux les comprendre). Bref, une bonne digestion qui fonctionne dans les temps est nécessaire pour sauver le foie et les reins d'une surcharge de travail !

Alors, comment faire ? D'après mes recherches, aider la digestion commence par limiter les irritants, donc limiter la consommation d'alcool, de caféine, de sucre, de gluten, de produits laitiers et de viande rouge, ainsi que privilégier les aliments frais aux produits industriels. Attention, je parle bien de limiter, pas de supprimer ! Vu que je ne suis pas médecin, je me mets en note de contacter un.e nutritionniste ou un.e diététicien.ne pour y voir plus clair. Ça sera à faire une fois que j'aurais plus de sous !

"Ouais OK, donc je mange quoi maintenant ? J'ai envie de prendre soin de mon corps tout de suite !" Aller, je fais une p'tite liste de ce que je devrais manger plus souvent:

  • Des choux!  Du brocoli, du kale, du chou-fleur, des choux de bruxelles, tous les légumes crucifères! Ils sont parfaits pour métaboliser les oestrogènes.
  • Des graines ! Pour la phase folliculaire (pendant mes règles jusqu'à l'ovulation), je privilégie les graines de lin (moulues pour faciliter l'absorption) et les graines de courge. Pour la phase lutéale (post ovulatoire), je mange des graines de tournesol. Jamais plus qu'une cuillère à soupe par type de graines, par contre.
  • Des glucides complexes ! Les patates douces, les patates, l'avoine, le riz complet, les haricots, les légumes et les fruits sont tous top pour la digestion. Eh oui, on n'évite surtout pas les glucides, mesdames! Un régime qui limite excessivement les glucides peut être la cause de l'absence d'ovulation.

Je fais attention à équilibrer mon assiette et bien combiner les glucides avec des protéines et du bon gras. En fait, dans ma tête, les glucides sont un peu comme ton pote qui ne tient pas l'alcool. Tu sais, celui que si tu le laisses partir en soirée tout seul, tu ne sais pas comment tu vas le retrouver. Faut lui donner à manger avant, le faire boire de l'eau pendant, et s'assurer qu'il soit bien rentré à la fin. (Oui, cette analogie ne marche pas si t'es une de ces personnes sadiques qui s'amuse à voir les autres partir en vrille.) Les glucides c'est pareil, parce qu'au fond, c'est du sucre. Du coup il vaut mieux les accompagner de gras sains et/ou de protéines végétales ou animales (attention à ne pas en abuser). Sinon ils risquent de partir dans tous les sens, faire des dégâts et terminer en tissu adipeux (la graisse) !


LE SPORT

Aller, avoue, tu savais déjà que j'allais parler des trois rois mages de la santé: le sommeil, la bouffe et l'activité physique. À ce stade tu te demandes pourquoi  avoir cliqué sur ce post. Je sais, je sais, j'étais pareil. Site après site "faut bien manger, bien dormir et faire du sport". Et maintenant me voilà, à répéter la même chose. Un vrai perroquet.

Tu l'auras bien compris, si les gens le répètent, c'est parce que c'est vrai. MAIS AVANT QUE TU NE FERMES LA PAGE et me maudisses aux plus profonds des enfers pour t'avoir donné faux espoir, continue à lire.

Je croyais que faire du sport voulait dire faire comme mes amies et aller à la salle de muscu. Qu'on pouvait dire qu'on faisait de l'exercice physique seulement si on y allait en forçant. J'étais pas la seule à penser ça; je ne sais pas combien de personnes se moquaient de moi quand je leur disais que je faisais du step. "Du step, c'est à peine du cardio. T'as même pas mal après." Ya pas à dire, ya vraiment des snobs sportifs.

Eh bien j'ai découvert que (presque) tout ça était FAUX. Tu peux (et devrais) faire ton sport à ta sauce, faut juste le trouver. Moi c'est le yoga, mais j'espère aussi trouver un cours de danse, parce- oh, c'était quoi ce roulement des yeux? Non, je t'en veux pas, moi-même ça me fait peur de me voir parler de bien manger, bien dormir et par dessus tout ça, "faire son yoga". Le cliché, quoi. Mais le but final est de citer ma prof de yoga, qui m'a vivement conseillé que, pour pratiquer une activité physique, "il faut que ça te plaise, sinon t'arrêteras".

Si ça t'intéresse de savoir, mon coach de muscu disait pareil.

Oui, ça te paraît peut-être évident. Mais combien de fois avons-nous commencé une activité physique pour l'arrêter au bout de quelques mois, voire semaines? Combien de fois avons-nous réussi à nous tenir à un sport qui ne nous plaisait pas? Et quoi, on s'est donné l'excuse que ça suffisait comme ça, que le X nombre d'heures faîtes nous donnait la liberté de recommencer à manger et paresser comme avant? Voilà, le secret est là: l'activité physique doit, plus que tout, être tenable dans la durée. Si l'objectif est d'arrêter, vous avez mal choisi.

Trouver une activité a à voir avec le caractère. Certains ont besoin de se pousser, d'autres ont besoin de repos réguliers. Moi j'ai besoin de routine, mais qui dit routine dit risque d'ennui. Il était donc vital que je puisse me lever et faire la séance sans me dire "ce mouvement là, je le saute". Ça veut pas dire que j'ai forcément envie de faire mon yoga tous les jours, mais une fois commencé, je sais que je finirais.

Voilà la face cachée du sport. De savoir et de croire que ça nous fait du bien. Certes, dans mon cas je devrais aussi rajouter du cardio pour être encore plus sympa avec mes hormones, mais ça viendra. Si je mets tout tout de suite, je ne tiendrais jamais.


D'autres articles

Kit survie des règles

Ma pilule et ma libido

Ma pilule et ma migraine

Mon cycle et ma monitrice

Mon cycle et mon soutien

Mon cycle et mon diaphragme

Comment pratiquer la symptothermie ?