Comment m'observer quand je suis malade?

Comment m'observer quand je suis malade?

"Voici la liste d'évènements qui peuvent influencer ta température. La fièvre, l'alcool, une mauvaise nuit, une dispute..."

Je me remémore mes cours de symptothermie pendant que je me prépare une infusion. Du thym et du gingembre. On verra si c'est bon. Ce matin j'ai bu le jus d'un citron dans de l'eau chaude. Eh oui, j'ai un rhume. Un gros rhume.

On est en octobre 2020, donc les premiers réflexes sont de vérifier que je n'ai pas de fièvre ni de maux associés au fameux virus. C'est bon, il semblerait que c'est bel et bien un rhume. Un gros rhume.

J'insiste parce que ça fait très longtemps que je n'ai pas eu un rhume pareil. J'avais presqu'oublié à quel point ça fatigue. Je savais comment prendre soin de moi mais je savais aussi que j'allais perdre mes bonnes habitudes... Le yoga, la marche, les appels avec les amis, tout ça allait passer à la trappe le temps que je récupère.

Et la symptothermie?

Deux problèmes se sont présentés pour prendre ma température lorsque j'étais vraiment malade:

  • Vu que je ne pouvais pas bien respirer par le nez, je dormais très mal. Je me réveillais très souvent pour me moucher.
  • Vu que je ne pouvais pas bien respirer par le nez, je dormais la bouche ouverte. Hors, je prends ma température sous la langue.

Ma température était donc du grand n'importe quoi.

Pour ce qui était du ressenti intérieur, j'ai aussi eu des petits soucis : je me sentais souvent un peu humide. Surtout quand j'ai commencé à tousser. Début de fertilité, ou effet secondaire d'une toux?

Heureusement pour moi, j'ai eu mon rhume en début de cycle (J7). Je me disais qu'au moins j'avais le temps de récupérer avant d'ovuler. Eh oui, si ma température était partie faire un tour dans le pays du "je ne veux rien dire" juste avant mon ovulation, je n'aurais pas pu confirmer cet évènement si précieux en symptothermie ! (Et ça aurait voulu dire que j'étais malade pendant ma phase ovulatoire, nul.)

Donc voilà, je n'étais pas stressée. Juste enrhumée. Très enrhumée.

Pendant deux jours j'étais bonne à rien. Je restais au lit, je buvais mes infusions et de l'eau chaude, je me mouchais, je faisais pipi, je buvais encore, je me sentais naze.

J'ai pu continuer à m'observer. Mais au fur et à mesure de mon cycle, j'ai commencé à m'impatienter. Où était mon ovulation?

Je me retrouve à regarder mes anciens cyclogrammes. Je sais que ça ne sert à rien, mais j'ai besoin de faire quelque chose. De savoir pourquoi je n'ovule pas. Ma température reste basse et méga constante (je ne l'ai jamais vu aussi stable). Au lieu de m'encourager, ça m'enrage. Le fait que mon chéri et moi avons décidé de s'abstenir pendant ma phase fertile pour ce cycle n'aide pas les choses.

Enfin, j'ai une montée de température. Hallelujah ! Je suis soulagée et ai l'impression d'avancer. Et c'est là que je réalise le plus évident des évidences : mon ovulation était "décalée" à cause de mon rhume en début de cycle. Je te l'avais dit, j'étais TRÈS enrhumée ! Tellement enrhumée que ça a réussi à perturber un cycle qui, en dehors de ça, se passait vraiment, vraiment bien.

Me voilà donc maintenant à refaire la paix avec mon corps. Il a voulu prendre le temps pour dégager ce fichu rhume, et je me suis énervée contre lui quand il a pris un peu de retard pour sa mission d'ovulation. Je suis la pire manager du monde.

Du coup, pour me faire pardonner, j'ai repris plus sérieusement mes bonnes habitudes. Le yoga, la marche, parler de vive voix à mes proches, aller au marché pour pouvoir faire des bonnes recettes...

Petit corps mystérieux et formidable, j'espère que tu sais que je te suis très reconnaissante !


D'autres articles

La base pour l'équilibre hormonal

Ma pilule et mon entourage

Mes règles en vacances

Quelle est la contraception la plus naturelle ?

Comment ça marche ?

Comment pratiquer la symptothermie ?

Quand commencer la symptothermie ?